Mons est-elle en train de devenir une Ville Créative ?

Articles

21 participants a cette 1ere table ronde sur les atouts de la ville et de si on peut commencer a parler d’un mouvement créatif à Mons.

Nous avons organisé la session en forme de discussion ouverte pour détecter les besoins concrets qui pourraient créer une émergence créative entre acteurs culturels, freelances, starters, institutions, asbl et l’ensemble des acteurs locaux. Pour ce faire on s’est dit que le terme « Ville Creative » pourrait accueillir tout cette mix de projets hybrides basés à Mons.

Notre conversation a commencé avec cette vidéo  avec Elsa Vivant :

Elsa Vivant – La ville créative from polau pole des arts urbain on Vimeo.

Ici, on parle de Villes Creatives de 2 sortes : les « spontanées » et les « planifiées ».

Est-ce que Mons est une ville spontanément créative ou est-ce qu’elle à été planifiée comme créative ?

PRESENTATIONS & PREMIERES IMPRESSIONS

Nous avons fait le tour des présentations : coworkeurs, retraités, conseillère, community manager, photographe eco-citoyen, entrepreneur culturel, développeurs, agence de jeux-video, organisateur d’évènements numériques, coach pour PME, designers graphiques, starter culturel, étudiants, animateurs culturels, représentant d’institution culturelle, etc…  ont participé au débat, voici les premières impressions et réflexions à tenir en compte :

Thibaut Cyriaque, graphiste, « Être coworkeur m’a permis d’avoir une régularité professionnelle et de mettre en réseau avec d’autres professionnels créatifs »

Monique Brunel, retraitée et évangéliste du logiciel lbre:

« Je suis une adepte des échanges et du partage »

Joelle Kapompole, conseillère communale:

«  Mon travail consiste à activer les atouts de la ville et que le programme Creative Wallonia percole dans l’ensemble de la Wallonie. J’ai proposé notamment des Auditions et des mesures de Benchmarking ».

Geneviève Isaac, animatrice jeunesse:

« Mon projet serait faire du Camping de Mons, un lieu de rencontres entre métiers, artisans et de mettre en avant les produits locaux de la région ».

Antoine Servais, community manager :

« Je participe à  beaucoup d’évènements qui s’organisent à Mons dans ces derniers temps : Café Numérique Mons, émissions sur YOUFM, Pechakucha Mons,… ».

Rino Noviello, photographe eco-citoyen:

« Je suis entrepreneur depuis 12 ans et je  peux affirmer que pour entreprendre il faut être créatif ».

François Chevalier,  entrepreneur culturel:

« Je  prepare le lancement de BE ART âpres mon expérience avec Chapa Art Shop ».

Priscilla Bayart,  coach PME:

« La créativité se trouve dans plein de domaines même dans la gestion d’une entreprise ! »

Renaud Dumont , développeur et collaborateur du MIC :

« J’ai participé à d’évènements dans d’autres régions et j’essaye de m’inspirer pour organiser des évènements similaires à Mons  ».

Kevin Rapaille, développeur web:

« Je ne travaille pas à Mons, mais je trouve que il y a un chouette écosystème à Mons et j’essaye de venir le plus souvent  ».

Kevin, Loic, Nico, Julien, Aurelien, studio de création de jeux-vidéo:

« Nous avons trouvé une niche pour entreprendre dans les Serious Games, nous travaillons avec des méthodes créatives et nous voulons aider la région ».

François Bayart, co-organisateur des Jeudis du Libre :

« Les JDL sont des rendez-vous mensuels entre les grands écoles à Mons oú on met en avant les outils et logiciels libres ».

Delphine Coulon, designer graphique :

« Je suis revenue sur la région et je met mon énergie à mettre en avant tout ce qui se passe autour de Mons. Malheureusement les réseaux locaux ne se croisent pas assez. J’aimerais par exemple que les gens du web travaillent avec des artistes… Nous devons apprendre à nous montrer et nous mettre en avant.  ».

Guillaume et Antoine Giansante, starters culturels:

« Le processus de mise en contact se fait petit à petit, la mise en relation ne sera jamais assez ».

Ludovic Agnesses, animateur culturel :

«Lles visiteurs de Mons estiment qu’il y a une tendance positive dans la ville »

Vianney Forgeons , représentant d’institution culturelle :

« Notre objectif au Mundaneum est de casser l’image d’un musée et nous proposer comme un lieu d’échanges autour du numérique/digital dans la région, à l’image de la journée du Web Fair Day » .


La discussion a fait ressortir quelques besoins pour le meilleur développement de l’ecosystème créatif, le brainstorming à fait  remonter ceci :

  • Nécessité de nouveaux Interfaces-Créatifs, d’un Réseau de Contacts dans les médias et d’une plus grande visibilité avec les journalistes.
  • Nécessité de « voir de nouvelles têtes » et d’attirer des contacts privilégiés.
  • Inter-connecter et fondre les réseaux de Artistes via SMART Mons et de Créatifs via CO-NNEXION.
  • Inter-connecter avec le secteur associatif de Mons via des personnes clé.
  • Centraliser les évènements créatifs pour un meilleur networking et pour re-découvrir tout ce qui se passe dans la région.
  • Démultiplier et privilégier les rencontres « face-à-face ou coup de téléphone » par rapport à la communication type mass-mailing.
  • Utiliser les réseaux sociaux comme outil pour diversifier les canaux de communication et créer des opportunités inattendues.
  • Refraîchir les réseaux PRO selon le principe des RDV du Pixel, le +1 :  chaque invité est accompagné d’un nouveau arrivant au réseau qui n’est pas encore connu par les autres membres.
  • Inviter aux professeurs de l’Umons sur le Management de l’Innovation
  • Se donner le temps et l’espace pour expérimenter dans une logique de Recherche et Developpemnt à fin de tester de nouvelles pistes de travail.

Une question recourante à été la de comment trouver le LIEN qui manque à la sauce pour l’écosystème créatif: est-ce que c’est une question d’être au bon endroit au bon moment, de participer aux bons réseaux, quelles sont les personnes charismatiques qui peuvent créer ce lien, comment créer cet ‘aura’ à Mons… ?

Des Solutions ont commencé à se dessiner après le Brainstorming :

  1. Centralisation des Informations sur une plateforme web commune
  2. Approche vers l’Université : vers les professeur d’abord et âpres vers les étudiants
  3. Contact direct (coup-telephone / mail) aux journalistes pour informer des évènements
  4. Elargir la notion de créativité vers une « Economie Creative » pour incluire : secteurs associatifs, tpe, pme, starters, entrepreneurs, etc
  5. S’inspier des évenements transdisciplinaires comme les Championats du Robotique au PASS.
  6. Tirer partie des Axes proposés par le programme Creative Wallonia.

Nous avons fini notre discussion avec 2 questions pour enrichir la réflexion apres notre rencontre :

Est-ce que les outils stimulent notre créativité ?
Si on a pas d’outil, on a plus de créativité ?

Le hashtag #creativemons de main en main !

La prochaine rencontre : « Mons est-elle en train de devenir une ville créative ? » (II part) aura lieu d’ici quelques semaines à Co-nnexion – Coworking Mons.

 

 

Retour aux articles